Conférence inaugurale « Alter-résistances en Palestine: une politique de l’agir citoyen »

Congrès de la Société québécoise de science politique 2019

Conférence inaugurale « Alter-résistances en Palestine: une politique de l’agir citoyen »

Conférencière: Stéphanie Latte Abdallah, Chargée de recherche (CNRS, CERI-Sciences-Po Paris)

22 mai 2019 de 16h00-17h30 @ C-3061

Résumé : Depuis la fin de la seconde Intifada, en Palestine, l’action militante se localise. Des engagements citoyens dans une économie locale alternative ont succédé dans l’ensemble des territoires occupés aux mobilisations villageoises de la résistance populaire qui visent à défendre en Cisjordanie les mêmes droits que les Israéliens aux ressources, à cultiver la terre, à la mobilité, etc. Autour de l’idée d’économie de la résistance, ils défendent le renforcement d’une économie juste, respectueuse de l’environnement, basée sur les ressources naturelles, des matières premières, des produits et des savoir-faire locaux et des pratiques globales novatrices. Ces engagements émergents ont parfois été décrits comme une « Intifada verte ». Ils sont portés par des producteur·trice·s, des entrepreneur·e·s et des intellectuel·le·s et se sont connectés au mouvement politique de boycott des produits israéliens BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions). Ils déplacent radicalement le paradigme contestataire car ils n’adressent pas principalement leurs revendications aux acteurs politiques institutionnels. Ils se situent d’abord dans l’action citoyenne et entrepreneuriale en-deça des structures politiques existantes, qu’ils interpellent peu, pour se centrer sur le rétablissement de formes de souveraineté localisées. Ces mobilisations élaborent un nouveau rapport à la citoyenneté dans un contexte non-étatique d’occupation coloniale: une citoyenneté en actes, horizontale, exercée entre pairs. Ces engagements ne sont pas seulement sociaux, ils construisent de nouvelles subjectivités et mettent en jeu des valeurs, des affects et une éthique de vie. Ils entendent refaire société et sont pour certains une nouvelle voie politique.