conférence inaugurale

Mercredi 23 mai 2018 à 15h45 
Lieu: FSS-4007

De l’université néolibérale à l’université comme commun

Christian Laval, Université Paris-Nanterre

Il a fallu un certain temps à la communauté académique pour prendre la mesure d’une mutation historique qui affecte l’enseignement supérieur. Cette dernière, que l’on propose de qualifier de « néolibéralisme universitaire », remet en question non seulement les modes d’organisation ou de « gouvernance » de l’enseignement supérieur, mais sa définition, ses finalités, ses fonctions sociales, culturelles et politiques. S’il appartient aux sciences sociales de produire l’analyse la plus précise de ces transformations et de leurs ressorts, il leur revient aussi d’ouvrir la question des modèles alternatifs au néolibéralisme universitaire. À la lumière de l’histoire des universités, que pourrait bien être un « commun universitaire »  associant le principe d’auto-gouvernement de l’activité universitaire et l’accès universel aux ressources de la connaissance?

Biographie 

Professeur de sociologie à l’Université Paris-Nanterre, membre du laboratoire Sophiapol, ancien directeur de programme au Collège international de philosophie. Christian Laval a travaillé sur l’utilitarisme, et plus précisément sur Jeremy Bentham. Il a proposé une histoire de la sociologie classique en la situant dans ses rapports avec les conceptions économiques de l’homme et de la société. Il s’intéresse particulièrement à la pensée de Marx, à laquelle il a consacré plusieurs études. Il a prolongé sa réflexion sur l’utilitarisme en étudiant la « rationalité néolibérale » telle qu’elle se diffuse dans le monde et il a fait des « alternatives » au néolibéralisme un objet d’analyse. Il a notamment travaillé avec Pierre Dardot sur le « principe politique du commun ». Il étudie depuis près de vingt-cinq ans les politiques éducatives et les transformations des systèmes d’enseignement en France et dans le monde et a publié de nombreux articles et ouvrages sur ce sujet.

programme

Consultez le programme final (répartition générale des ateliers) : Programme_01mai2018_SQSP [Final]

Le programme détaillé et complet des activités est maintenant en ligne !

Vous pouvez consulter le programme ici : programme complet du #SQSP2018.

Version longue du programme en PDF

****

assemblée générale annuelle

Avis de convocation & Ordre du jour

Quand? Jeudi 24 mai 2018
À quelle heure? 14h15
Où? Université d’Ottawa au local FSS-4007 du Pavillon des sciences sociales situé au 120 de l’Université, Ottawa, Ontario, K1N 6N5.

la science politique et la multi/inter/transdisciplinarité. quelles remises en question et quelles reconfigurations?

 

Depuis plusieurs années, la science politique et les autres disciplines des sciences sociales sont remises en question, déconstruites et reconstruites, par la multidisciplinarité, l’interdisciplinarité et, plus récemment, la transdisciplinarité. L’impact de ces remises en question s’est notamment traduit par une montée exponentielle de programmes thématiques parfois situés au sein d’unités disciplinaires comme la science et les études politiques, parfois situées au sein d’unités elles-mêmes thématiques comme les affaires publiques, les affaires internationales ou encore le développement international. De même, les organismes subventionnaires se sont eux aussi mis au diapason de cette reconfiguration disciplinaire en multipliant les programmes thématiques. Les revues thématiques, quant à elles, existent depuis longtemps et ne cessent de se multiplier. Finalement, les contours mêmes de la science politique sont mis en question, déterritorialisés et repensés à partir de différentes postures épistémologiques.

Le moment d’esquisser un bilan de cette remise en question des disciplines traditionnelles, de réfléchir aux avantages et inconvénients, aux facteurs d’enrichissement, d’appauvrissement ou de confusion, pour la science politique québécoise semble arrivé. Ce bilan critique peut prendre plusieurs formes et s’articuler notamment à partir des questions suivantes :

  • Quel est la nature et l’ampleur de l’impact de la multi/inter/transdisciplinarité sur la science politique ?
  • Certaines composantes de la science politique comme l’administration publique, la gestion publique, les politiques publiques, la théorie et la pensée politique, les relations internationales, etc. ont-elles étés frappées plus directement ? Pourquoi et comment ? Quelles en sont les conséquences ?
  • Quels sont les enjeux épistémologiques et les défis méthodologiques soulevés par la multi/inter/transdisciplinarité et comment peut-on les relever ?
  • L’intégration des connaissances et l’éthique de la recherche sont-elles touchées par la multi/inter/transdisciplinarité ? De quelle manière ?
  • Assiste-t-on à un simple changement de vocabulaire pour décrire de manière prétendument nouvelle une réalité disciplinaire et des pratiques de recherche depuis longtemps ancrées au sein de la science politique québécoise ? Est-ce un véritable renouvellement de la pensée et des pratiques de recherche ou plutôt une innovation essentiellement rhétorique ?
  • Quelle est la spécificité de la science politique contemporaine au Québec, au Canada francophone et ailleurs au sein des sciences sociales ?
  • Quels sont les cadres théoriques et épistémiques qui défient, réorientent et complexifient la science politique comme discipline ?
  • Enfin, y a-t-il lieu de distinguer entre des effets temporaires de nature administrative au sein des universités et des organismes subventionnaires et des effets structurants de nature ontologique pour la science politique elle-même ?

Autant des questions, parmi plusieurs autres possibles, auxquelles s’intéresseront les différents ateliers du congrès 2018 de la Société québécoise de science politique qui se tiendra à l’Université d’Ottawa du 23 au 25 mai 2018. Les chercheurEs de tous les domaines de la science politique, ainsi que les collègues œuvrant au sein de disciplines connexes, interpellés par ces questions sont cordialement invité-e-s à s’inscrire à l’événement via la plateforme Event Brite.

Prochaines dates importantes:

  • 31 janvier 2018 : date limite pour l’envoi des communications individuelles et ateliers
  • 31 mars 2018 : dernière journée pour bénéficier du tarif réduit pour les inscriptions au Congrès #SQSP2018
  • 1er avril au 22 mai 2018: inscriptions tardives pour le Congrès #SQSP2018
  • 23-25 mai 2018: Congrès annuel de la SQSP à l’Université d’Ottawa

Pour toute information supplémentaire, veuillez nous écrire à l’adresse suivante : sqsp@uqam.ca.

*N’oubliez pas de réaliser votre adhésion à la SQSP pour bénéficier de tarifs réduits!! Pour devenir membre, veuillez consulter le lien suivant.

Comité organisateur

Christian Rouillard, Geneviève Tellier, Dalie Giroux, Dimitrios Karmis, Hélène Pellerin, Luc Turgeon et Priscyll Anctil Avoine

Mot-clic : #SQSP2018

Facebook || Twitter || Linkedin

partenaires