A02. Science politique et féminismes: un couple (im)possible?

Congrès de la Société québécoise de science politique 2019

A02. Science politique et féminismes: un couple (im)possible?

Responsable: Priscyll Anctil Avoine, UQAM (anctil_avoine.priscyll@courrier.uqam.ca) et Danielle Coenga-Oliveira, UQAM (coenga_oliveira.danielle@courrier.uqam.ca)

22 et 23 mai 2019 de 9h30-12h45 @ C-5143

Description de l’atelier:

L’objectif de cet atelier est de questionner la pénétration des épistémologies féministes dans la science politique conventionnelle (SPC) (Vickers, 2015). Il s’agira de s’interroger sur les éléments de convergence, mais aussi sur les résistances de la SPC à intégrer les approches féministes dans ses analyses. Ainsi, nous voulons discuter, à partir de diverses géographies, épistémologies et cas d’études, des interactions des féminismes dans la théorie et la pratique de la discipline des sciences politiques.

En ce sens, plusieurs questions motivent les débats : Est-ce que le genre est une catégorie analytique et pratique centrale à la science politique? Quels sont les dialogues entamés entre les théoriciennes féministes et la discipline de la SPC ? Quelles sont les barrières imposées par la SPC aux études féministes, aux femmes et groupes minoritaires (autochtones, racisés, LGBTIQ+, personnes en situations d’handicap, etc.) ?

L’atelier veut ainsi rassembler des contributions qui toucheront l’imbrication des épistémologies féministes et de la science politique. Les thématiques suivantes sont quelques-unes des possibilités qui pourront être explorées par les communications : l’épistémologie féministe; la catégorie genre et la représentativité des femmes en science politique (Vickers, 2015); les approches féministes en relations internationales et la critique féministe au positivisme en science politique (Prügl, 2015); le genre, le développement et les alternatives féministes à l’État (Verschuur, Guérin et Guétat-Bernard, 2015); la politique étrangère féministe (D’Aoust, 2012); l’analyse féministe des conflits armés (Shekhawat, 2015); l’inclusion des questions LGBTQI+ au sein de la discipline (Samelius, Lotta et Wagbert, 2005), etc.