P22. Crise, mobilisation et reconfiguration politique: cartographie analytique des populismes contemporains

Congrès de la Société québécoise de science politique 2019

P22. Crise, mobilisation et reconfiguration politique: cartographie analytique des populismes contemporains

Responsables: Frédérick Guillaume Dufour, UQAM (dufour.frederick_guillaume@uqam.ca) et Emanuel Guay, UQAM (guay.emanuel@courrier.uqam.ca)

24 mai 2019 de 9h30-11h00 @ C-4145

Descriptif du panel:

De nombreux travaux ont été produits récemment sur la question des populismes, leur objectif étant de mieux cerner, d’un point de vue analytique, un ensemble de mouvements et de partis qui occupent une place de plus en plus importante dans l’espace politique contemporain (Mudde et Kaltwasser 2012, Gidron et Hall 2017, Bonikowski 2017). Notre panel sera dédié à un examen de quelques-uns des développements théoriques les plus novateurs dans ce domaine émergent en science politique, à partir de différentes études de cas. Nous aborderons ainsi la reconceptualisation du populisme moderne (post-1945) comme « démocratie illibérale » à partir du régime populiste en Hongrie, pour ensuite aborder la question des conflits mémoriels autour de l’héritage fasciste en Espagne et en Italie. Nous nous intéresserons ensuite à la place des populismes dans le Sud Global à partir du cas indien, où le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP) est au pouvoir depuis 2014 en tant qu’acteur majoritaire d’une coalition, l’Alliance Démocratique Nationale. Il sera finalement question des rapports entre la stratégie populiste et la gauche, en analysant comment la « posture populiste » adoptée par plusieurs partis de gauche (Podemos, France Insoumise, Syriza, etc.) comporte un certain nombre de défis et d’obstacles avec laquelle les forces progressistes seront appelées, dans les années à venir, à rendre leurs comptes. Le fil rouge qui unira ces différentes présentations se divise en trois notions, soit la crise, la mobilisation et la reconfiguration politique. Il nous faudrait ainsi déterminer le contexte social qui facilite l’émergence des populismes (crise), la capacité des groupes et acteurs appartenant à cette mouvance à mobiliser une base de support tant pour les élections que pour les actions de rue (mobilisation) et les rapports entre ces groupes et acteurs et les autres formations politiques actives dans un pays donné (reconfiguration politique).