P19. Les transformations de la violence politique à l’ère du numérique

Congrès de la Société québécoise de science politique 2019

P19. Les transformations de la violence politique à l’ère du numérique

Responsables : Brice Stéphane Ondigui Avele, Université de Yaoundé II – Soa (bsondigui@gmail.com) et Serges Banyongen, Université d’Ottawa

24 mai 2019 de 9h30-12h45 @ C-1017-13

Descriptif du panel:

Depuis ses fonds baptismaux, la science politique accorde une attention toute particulière à la problématique de la violence. Pour certains, elle constitue même le principal terreau sur lequel s’est développée cette discipline qualifiée par certains de « science du pouvoir ». Or on le sait, pas de pouvoir sans combat et pas de combat sans violence, fût-elle matérielle ou symbolique. En simplifiant cette équation, la science politique pourrait tout aussi bien être considérée comme la « science de la violence ». C’est donc tout naturellement que cette notion va être intégrée parmi les principaux instruments conceptuels de la science politique et de la plupart des disciplines qui traitent du pouvoir en général. Toutes celles-ci et la science politique en tête n’ont depuis lors, cessé d’approfondir et d’élargir au gré de leur évolution, le débat sur la notion de violence.

L’abondante littérature qui existe sur les questions de la définition de la violence, ses formes, ses causes, la légalité/l’illégalité de ses usages, sa régulation ou de sa maitrise… témoigne d’une fécondité qui se trouve exacerbée en science politique par l’esprit curieux et extrêmement vagabond du politologue. Celui-ci, adossé sur la pluri/inter/multi/disciplinarité, a contribué – en empruntant à des disciplines souvent voisines mais quelques fois aussi très éloignées – non seulement à forger une batterie de concepts dérivés à l’instar de la violence institutionnalisée, la violence légitime, la violence structurelle, la violence symbolique… mais aussi à réinterroger de manière permanente les trajectoires et les perspectives théoriques et méthodologiques qui permettent de saisir les contours et pourtours de la violence dite politique.

L’objectif de ce panel s’inscrit dans une dynamique semblable dans la mesure où il s’agit de questionner les transformations de la violence politique au contact de l’internet. S’il est prématuré de postuler un déplacement du jeu et des enjeux de la violence politique du terrain classique vers le numérique, on peut se demander si la violence politique est restée intacte au contact avec la société de l’information. En partant du postulat que l’apparition du numérique dans la sphère politique a consacré l’élargissement du théâtre des luttes de pouvoir et des luttes pour le pouvoir y compris dans les régions du monde les moins connectées comme l’Afrique, les contributeurs seront appelés à démontrer que l’internet et notamment les réseaux sociaux sont devenus des exutoires des passions politiques et des lieux de localisation de la violence politique. Usant d’approches à la fois empiriques et théoriques, les contributeurs exploreront la liste non exhaustive des axes ci-après

  • La redéfinition de la violence politique à l’aune du numérique ;
  • Les réseaux sociaux comme nouveau théâtre d’affrontements politiques violents ;
  • Les usages du numérique par l’extrémisme violent ;
  • Les sens politiques de la cybercriminalité ;
  • Les usages politiques de la diffusion des fake news sur la toile ;
  • Le web comme nouveau véhicule de la violence politique.