P09. Pluralité sécuritaire dans les Afriques: (il)légalité, ordre, et recomposition de l’État

Congrès de la Société québécoise de science politique 2019

P09. Pluralité sécuritaire dans les Afriques: (il)légalité, ordre, et recomposition de l’État

Responsables : Maxime Ricard, UQAM (maximepauljean.ricard@gmail.com) et Sidney Leclercq, Université de Montréal

24 mai 2019 de 9h30-12h45 @ C-5023

Description du panel :

Ce panel propose de discuter de la pluralité contemporaine des acteurs de sécurité dans les Afriques. La pluralisation de l’activité policière, ou policing, souligne la multiplicité des acteurs, étatiques et non-étatiques, qui interviennent dans un même espace pour maintenir l’ordre et lutter contre les déviances. Dans des contextes de conflictualité et d’inégalités croissantes sur le continent, cette question est au cœur de tensions socio-politiques, notamment concernant les reconfigurations de l’État, la participation citoyenne dans la sécurité, ou encore les frontières floues entre sphère publique et privée.

L’hégémonie idéologique de l’État comme monopole de la violence physique légitime invisibilise souvent la compréhension des pratiques sécuritaires contemporaines plurielles dans les Afriques. Ceci a une résonnance particulière sur le continent car, après la guerre froide, les multiples guerres civiles ont participé à la production d’un discours sur la faillite de l’État. Les sciences sociales se focalisèrent alors sur « le spectacle du déclin ». Pourtant, le lien entre supposé déclin de l’État et polices plurielles n’est pas établi. Les processus complexes de formation de l’État ne peuvent en effet se limiter à une compréhension mythifiée de la souveraineté. Cette pluralisation interroge ainsi les reconfigurations de l’État contemporain et souligne particulièrement comment, pour qui, et pour quoi les politiques de sécurité sont produites.

Cette pluralité connaît un dynamisme certain dans les Afriques, aussi bien dans des ensembles urbains en forte croissance qu’en zone rurale. Elle s’inscrit cependant toujours dans une socio-histoire locale particulière, et à travers différentes modalités particulièrement poreuses : vigilantisme, milicianisation sécuritaire, démarche communautaire de surveillance, sécurité privée commerciale… Cette pluralité se déploie par ailleurs dans des contextes socio-politiques différents, tout en se recoupant parfois : inégalités extrêmes (Afrique du Sud, Nigéria), conflits armés et transitions politiques complexes (Mali, Burkina-Faso), sortie de conflit (Côte d’Ivoire, Sierra Leone).