P01. Think tanks: alliés ou adversaire de la recherche universitaire?

Congrès de la Société québécoise de science politique 2019

P01. Think tanks: alliés ou adversaire de la recherche universitaire?

Responsables: Guillaume Lamy, UQAM (lamy.g@outlook.com)

24 mai 2019 de 9h30-12h45 @ C-1017-2

Description du panel:

Apparus autour tournant du XXe siècle, les think tanks ont connu une croissance phénoménale depuis le lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Partis de rien il y a 100 ans, on en dénombre des milliers dans le monde, des centaines aux États-Unis, une centaine au Canada et maintenant une quinzaine au Québec. En plus de leur multiplication, ces laboratoires d’idées jouissent de ressources matérielles et humaines accrues ; certains ayant un budget annuel qui dépasse souvent les moyens dont disposent les partis politiques.

Ayant perfectionné leurs moyens de communications, les think tanks sont devenus des interlocuteurs incontournables dans les débats entourant les politiques publiques. Surtout, de nouvelles rivalités idéologiques ont surgi sur le territoire de la recherche auxiliaire : l’IRIS contre l’IEDM ; l’Institut Fraser contre le CCPA et la fondation David Suzuki, etc.

Malgré toute l’importance que représentent ces organisations – qui jouissent souvent d’un statut de bienfaisance – les chercheurs en science politique ne se sont que rarement penchés sur le phénomène des think tanks. Organisation scientifiques ou lobbies ? Recherche militante ou complémentarité de la recherche en politique publique ? En résumé, les think tanks sont-ils des alliés ou des adversaires de la recherche universitaire ?