A04. Les dynamiques d’inclusion et d’exclusion au Québec et au Canada

Congrès de la Société québécoise de science politique 2019

A04. Les dynamiques d’inclusion et d’exclusion au Québec et au Canada

Responsables: Audrey Gagnon, Université Concordia (audrey.gagnon@mail.concordia.ca) et Antoine Bilodeau, Université Concordia (antoine.bilodeau@concordia.ca)

24 mai 2019 de 9h30-15h30 @ C-2059

Description de l’atelier:

L’introduction de la Charte des droits et libertés Canadiennes en 1982, la légalisation du mariage entre personnes de même sexe en 2005 ou encore l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées témoignent des avancées en termes de diversité ethnoculturelle et sexuelle et de genre au Canada. Néanmoins, considérant que la marginalisation, l’exclusion et la discrimination des membres des groupes minoritaires demeurent, il apparaît essentiel de faire le point sur les rapports entre les membres de la majorité et des minorités au Québec et dans le reste du Canada. Cet atelier sera divisé en trois séances. La première séance abordera des questions d’importance sur les phénomènes du rejet de la diversité, notamment de la montée des groupes haineux Canada. Quelles formes prend l’extrémisme de droite au Canada? Comment les groupes haineux cadrent-ils leur discours dans un contexte multiculturel? Quel est l’impact de certains projets de loi sur les discours à propos des minorités religieuses et ethnoculturelles au Québec? Quel est l’impact des préjugés et des stéréotypes sur le comportement électoral des citoyens? La deuxième séance s’intéresse à la relation entre les membres de la nation majoritaire et minoritaire ainsi que des communautés autochtones au Canada. Quelles sont les attitudes des Canadiens envers le Québec? Quelle est l’opinion des membres du groupe majoritaire et des élus concernant les enjeux liés à la diversité au Canada? Comment le mouvement souverainiste québécois reçoit-il les revendications autonomistes des communautés autochtones? La troisième séance s’intéresse aux pratiques d’inclusion des minorités ethnoculturelles et sexuelles au Canada. Comment encourager la participation des femmes et des personnes racisées au sein des groupes sociaux? Comment les femmes musulmanes arrivent-elles à concilier leurs appartenances citoyennes et leurs constructions identitaires? Comment expliquer les préférences politiques des minorités visibles au Canada? Tel est le genre de questions qui seront abordées dans cet atelier.