A15. Formes et enjeux du racisme et de l’islamophobie au Québec

Congrès de la Société québécoise de science politique 2019

A15. Formes et enjeux du racisme et de l’islamophobie au Québec

Responsables : Amine Brahimi, EHESS (amine_brahimi@hotmail.ca), Jean-Charles St-Louis, Université de Montréal (jean-charles.st-louis@umontreal.ca), Saaz Taher, Université de Montréal (saaz.taher@umontreal.ca) et Khaoula Zoghlami, Université de Montréal (khaoula.zoghlami@umontreal.ca)

22 mai 2019 de 14h00-15h30 et 23 mai 2019 de 9h30-17h30 @ C-4141

Description de l’atelier : 

L’utilisation et les applications, dans différents espaces sociaux, du racisme comme concept pose « problème » (Balibar, 2005). Inséré dans un discours plus large sur le racisme, l’usage du terme d’« islamophobie » soulève également de multiples débats. Dans le champ médiatico-politique comme dans le champ académique, plusieurs intervenant.e.s en contestent la pertinence, voire remettent en question l’existence des formes de discrimination que ces deux termes désignent. Le déni de l’islamophobie passe ainsi à la fois par un rejet du terme (présenté comme une manière de faire taire la critique sur la religion) et par une négation des discriminations multiples concrètes vécues par les musulman.e.s (Romani, 2015). Or, force est de constater que la stigmatisation des personnes dites musulmanes et les diverses manifestations de violences à leur égard représentent une réalité au Québec, tant dans les sphères médiatiques et politiques que dans les interactions quotidiennes entre individus (Beauregard, 2014; Eid, 2015). Ces phénomènes s’inscrivent par ailleurs dans des dynamiques d’altérisation et de racisation de longue date qui puisent dans les principales représentations de la modernité et de l’Occident (Haque 2009; Bilge 2010, 2012; Benhadjoudja 2015).

Pourquoi a-t-on du mal à nommer le racisme et l’islamophobie et que cela implique-t-il pour les recherches scientifiques visant à les étudier ? Comment les diverses manifestations de ces phénomènes s’observent-elles dans le discours et les représentations sociales au Québec ? Ce sont ces questions que cet atelier vise à explorer. Que ce soit sous le prisme du racisme que subissent les musulman.e.s ou à travers l’étude de la fabrication de l’islamophobie dans les discours publics ou scientifiques, plusieurs terrains de recherche ont été ouverts ces dernières années. L’objectif de cet atelier est donc de rassembler diverses contributions documentant non seulement les implications du racisme et de l’islamophobie au Québec, mais ouvrant également un espace de réflexion pour penser les façons de travailler avec ces concepts.

L’atelier est articulé autour d’un premier panel sur les défis théoriques et empiriques de l’étude des concepts de racisme et d’islamophobie dans la recherche académique. Le deuxième panel se penche sur les discours publics portant sur l’islam et les musulman.e.s, alors que le troisième s’intéresse à différentes manifestations de l’islamophobie dans les sphères politiques et juridiques.