A06. Démocratie(s) et environnement: à la croisée des chemins?

Congrès de la Société québécoise de science politique 2019

A06. Démocratie(s) et environnement: à la croisée des chemins?

Responsables: Florence Larocque, Université de Montréal (fl2287@columbia.edu) et Juliette Roussin, Université de Montréal (juliette.roussin@umontreal.ca)

24 mai 2019 de 9h30-17h15 @ C-3134

Description de l’atelier: 

La démocratie est-elle un outil adapté pour protéger l’environnement, lutter contre les changements climatiques et réaliser la justice environnementale? Ou bien les institutions et les pratiques démocratiques font-elles obstacle à une gestion compétente et efficace des défis environnementaux?

On pourrait penser qu’il existe une relation naturelle entre démocratie et écologie. En favorisant la représentation, la participation et la consultation des citoyens ainsi que la liberté de presse et de recherche scientifique, la démocratie aboutirait à des politiques plus respectueuses de l’environnement (Eckersley 2004, Bäckstrand et al. 2010). Ce lien d’implication semblerait d’autant plus probant que, souvent, les revendications collectives pour le redressement d’injustices environnementales émanent de populations marginalisées, reléguées dans la “seconde zone” de la citoyenneté, qui recouvrent simultanément leurs droits politiques et leur titre égal à vivre dans un environnement sain et décent en se mobilisant.

D’un autre côté, la réticence des gouvernements et parlements élus à traiter les impératifs environnementaux comme une priorité politique, le manque de moyens qu’ils leur allouent, font douter de la capacité ou de la volonté des démocraties à protéger l’environnement (Smith 2003). De même, les succès électoraux de partis aux ambitions environnementales minimales et la faiblesse nationale des partis verts suggèrent que la motivation et les qualifications manquent peut-être aux dirigeants démocratiques pour faire face aux défis environnementaux (Inglehart 1995, Carter 2013).

En interrogeant la capacité écologique de la démocratie, cet atelier vise à explorer la multiplicité de ses acteurs, niveaux et modalités d’action. La façon dont les problèmes environnementaux sont identifiés, analysés, et traités varie selon que la “démocratie” est électorale, représentative, participative ou délibérative, qu’elle se déploie à une échelle nationale, transnationale ou locale, qu’elle implique des acteurs de la société civile (citoyens, groupes communautaires, ONG, entreprises), des élus, ou des États.

L’atelier réunit des contributions des différents sous-champs de la science politique et d’autres disciplines, pour croiser les perspectives empiriques, normatives et critiques. Il s’organise en quatre panels.